Institut des Sciences Chimiques de Rennes

Nos tutelles

CNRS UR1 ENSCR INSA

Rechercher




Conférences ISCR

Accueil > L’Institut

Un peu d’histoire !

La vie d’un Institut résulte du dynamisme de l’action en cours ; elle se nourrit aussi de sa culture et de son histoire. Pour comprendre la véritable nature de l’ISCR, son organisation, son approche de la science moderne, il faut faire un petit retour en arrière…

Les origines

photo 1 - Vue Sud-Ouest de la Faculté des Sciences
photo 1 - Vue Sud-Ouest de la Faculté des Sciences
Photo 2 - Vue Coté Est de la Faculté des Sciences, avec la Gare de Viarmes
Photo 2 - Vue Coté Est de la Faculté des Sciences, avec la Gare de Viarmes

La création officielle de la Faculté des Sciences de Rennes remonte à 1840. Elle s’installe alors dans l’aile droite, au premier étage de l’Hôtel de Ville de Rennes actuel, avec Faustino Malaguti comme titulaire de la première Chaire de Chimie. La Faculté partira au Palais de l’Université (maintenant Musée des Beaux-Arts de Rennes) en 1856 et enfin dans ses nouveaux locaux place Pasteur, construits de 1888 à 1898 par les architectes Jean-Baptiste Martenot et Emmanuel Le Ray (Photos 1 et 2). La Faculté des Sciences s’agrandit au début du 20e siècle avec une première extension côté Est, entre le bâtiment principal et la gare de Viarmes qui a desservi une ligne Rennes-Liffré-Fougères jusqu’en 1949 (Photo 3).

Photo 3 - Vue coté Est de la Faculté des Sciences après un premier agrandissement
Photo 3 - Vue coté Est de la Faculté des Sciences après un premier agrandissement


L’Ecole de Chimie de Rennes est créée en 1919 à l’initiative de la Chambre de Commerce, et est localisée rue Kleber, en face de la Faculté des Sciences. Suite à un rapprochement avec la Faculté, elle devient l’ICUR (Institut de Chimie de l’Université de Rennes) en 1945 sous la direction de François Salmon-Legagneur qui occupe également la chaire de Chimie de la Faculté jusqu’en 1968.

Photo 4 - Les laboratoires de l'Ecole de Chimie rue Kleber
Photo 4 - Les laboratoires de l’Ecole de Chimie rue Kleber

L’Ecole s’installe dans les nouveaux bâtiments construits Quai Dujardin en 1953 (actuellement Inspection Académique), après la destruction de la gare de Viarmes.


Le développement

Henri Le Moal (1912–2001) est une figure marquante de la période d’après-guerre. Il présente sa thèse en 1952 sous la direction de Salmon-Legagneur. Nommé maître de conférences, il monte le laboratoire de physicochimie structurale avec A. Foucault, R. Carrié et J. Meinnel. Élu doyen en 1958, il est nommé Recteur de l’Académie de Rennes en 1960. Son passage au rectorat marque l’histoire des universités rennaises car il est à l’origine des projets de construction des campus de Beaulieu, Villejean et du centre.

Photo 5 - Vue du campus de Beaulieu en construction, avec le long bâtiment 10 au 1er plan
Photo 5 - Vue du campus de Beaulieu en construction, avec le long bâtiment 10 au 1er plan

C’est donc à la rentrée de 1966 que toute la chimie rennaise déménage sur le Campus de Beaulieu, dans le Bâtiment 10 (photo 5), l’IUT et l’ENSCR ouvrant une année plus tard. En 1986, l’ENSCR acquiert le statut d’Etablissement Public à Caractère Administratif (EPA), rattaché à l’Université de Rennes 1. L’INSA Rennes est créé en 1966, directement sur le Campus de Beaulieu, avec pour la chimie deux groupes, en métallurgie (Debruigne) et chimie du solide (Le Cerf).

Le souci d’associer alors le CNRS à la recherche universitaire conduira sur Rennes à la création des ERA puis des UA (Unités Associées) ou URA comme :

  • l’ERA 389 devenue UA 704 (Laboratoire de Physicochimie Structurale), qui rassemble chimistes organiciens et physiciens de l’état solide comme M. Carrié, A. Foucault, J. Meinnel,
  • l’UA 439 (Laboratoire d’Electrochimie), avec C. Moinet, A. Tallec, J. Simonet ...
  • l’ERA 477 (Laboratoire de Chimie des Organométalliques) devenue UA 415 (Complexes de Métaux de Transition et Synthèse Organique), avec R. Dabard (1974-1985) puis P. Dixneuf (1986-1999),
  • l’UA 254 qui rassemble la chimie du solide (J. Prigent, D. Grandjean, M. Sergent) qui en 1992 se coupera en URA 1495 (Laboratoire de Cristallochimie) avec R. Guérin, D. Grandjean, J.-Y. Saillard, D. Louer, et URA 1496 (Verres et Céramiques) avec M. Poulain, J. Lucas.
  • l’UA 482 (Laboratoire de Chimie Organique) à l’ENSCR avec R. Grée, …

L’évolution des UA/URA en UMR (Unité Mixte de Recherche) rebat les cartes et conduit en 1996 à la création de 5 UMR sur le site de Rennes :

  • l’UMR 6509 (Organométalliques et Catalyse : Chimie et Électrochimie Moléculaires), dirigé successivement par P. Dixneuf et C. Bruneau,
  • l’UMR 6510 (Synthèse et Électrosynthèse Organiques), dirigée par M. Vaultier puis M. Blanchard-Desce,
  • l’UMR 6511 (Chimie du Solide et Inorganique Moléculaire) dirigée par D. Grandjean, J.-F. Halet puis L. Ouahab
  • l’UMR 6512 (Verres et Céramiques) dirigée par J. Lucas, puis J.-L. Adam.
  • l’UMR 6052 (Synthèse et Activation Biomoléculaire), dirigée par R. Grée puis J.-C. Guillemin, sur le site de l’ENSCR


Cette évolution acte également le développement important des équipes qui finissent par se retrouver un peu à l’étroit dans le long Bâtiment 10, avec déjà toute une partie de l’UMR 6509 et les électrochimistes de l’UMR 6510 installés sur le nord du campus de Beaulieu, dans le Bâtiment 24. A l’initiative de D. Grandjean est alors construit le Bâtiment 10B (photo 6), qui sera livré

Photo 6 - Vue en 2000 du bâtiment 10B, construit au Nord-Ouest du désormais Bâtiment 10A
Photo 6 - Vue en 2000 du bâtiment 10B, construit au Nord-Ouest du désormais Bâtiment 10A

en janvier 1998 et où vont s’installer une partie de l’UMR 6511 (Chimie du Solide et Inorganique Moléculaire), une partie de l’UMR 6512 (Verres et Céramiques) et une équipe de Recherche en Mécanique des Verres, le LARMAUR. Le bâtiment offre aussi des salles de cours et de réunion ainsi qu’un amphithéâtre de 90 places, qui prendra le nom de D. Grandjean, après son décès en 2009.
Quelques années plus tard, à l’initiative de P.H. Dixneuf et avec le souci de rassembler la chimie sur un seul site est construit le Bâtiment 10C (photo 7),

Photo 7 - Le Bâtiment 10C, avant l'aménagement du rez-de-jardin
Photo 7 - Le Bâtiment 10C, avant l’aménagement du rez-de-jardin

dans le prolongement Sud du Bâtiment 10B. Il accueillera à partir de mars 2001 l’UMR 6509 (Organométalliques et Catalyse) et les électrochimistes de l’UMR 6510 (Synthèse et Electrosynthèse Organiques). Le rez-de-jardin du Bâtiment 10C, initialement vide, sera quant à lui aménagé en 2011, avec deux grands laboratoires et des bureaux (photo 8).

Photo 8 - Le Bâtiment 10C, après l'aménagement du rez-de-jardin
Photo 8 - Le Bâtiment 10C, après l’aménagement du rez-de-jardin

La consolidation

Le logo ICR en 2000
Le logo ICR en 2000

En 2000, à l’initiative de P.H. Dixneuf, est créée une structure fédérative Institut de Chimie de Rennes (ICR) associant l’UR1, l’ENSCR, l’INSA et le CNRS (FR 2108). L’ICR sera dirigée successivement par P. H. Dixneuf, A. Perrin, M. Vaultier et J.-Y. Saillard. L’ICR regroupe toutes les unités de chimie alors contractualisées, les 5 UMR ci-dessus et l’EA 3887 (Laboratoire Rennais de Chimie et d’Ingénierie des Procédés, ENSCR-UR1), rejointe en 2004 par l’EA 2620 (Groupe de Recherche en Chimie-Métallurgie, INSA). L’ICR rassemble alors environ 230 personnels permanents dont 160 chercheurs et enseignants-chercheurs, soit plus de 80% des forces de recherche de chimie en Région Bretagne. Il a pleinement joué son rôle de coordination, d’animation et de développement du potentiel de recherche et de formation en chimie à Rennes, préparant ainsi l’émergence de l’ISCR. En effet, en novembre 2004, l’Université de Rennes 1 a été informée qu’elle faisait partie des cinq établissements d’enseignement supérieur choisis pour expérimenter un projet de « contrat rénové » avec le CNRS, pour une mise en place au 1er janvier 2006. Dans cette perspective, il a été demandé fin décembre 2004 aux différentes structures de recherche de l’UR1 associées au CNRS de réfléchir à la possibilité de regrouper des laboratoires existants pour former des unités de plus grande taille. Les discussions aussitôt entamées au sein de l’Institut de Chimie de Rennes (ICR) ont abouti en février 2005 à la décision de travailler sur un projet d’une seule grande unité de chimie regroupant toutes les composantes de l’ICR. Ce projet a été accueilli très favorablement début 2005 par les chimistes du site. Le projet d’unité « Sciences Chimiques de Rennes » a été élaboré collectivement au cours du premier semestre 2005, sur la base d’une structure fédérale dans laquelle des équipes, de taille plus réduite et scientifiquement beaucoup plus homogènes que les anciennes unités, jouissent d’une importante autonomie mais qui donne à sa direction les moyens de mener une véritable politique de site.

Le 1er logo SCR en 2006
Le 1er logo SCR en 2006

L’UMR 6226 « Sciences Chimiques de Rennes » est créée au 1er janvier 2006 sur les contours de l’ICR, à l’exception d’une partie de l’UMR 6510. Jean-Yves Saillard en a assuré la direction, avec J. L. Adam comme directeur-adjoint, cette équipe étant renouvelée pour le contrat quadriennal suivant 2008–2011. L’UMR a quatre tutelles, l’UR1, le CNRS, l’ENSCR et l’INSA Rennes. Elle regroupe alors 222 permanents, dont 46 Chercheurs CNRS, 114 Enseignant-Chercheurs et 62 Ingénieurs et Techniciens. Elle est organisée en 11 équipes rassemblant chacune entre 10 et 30 permanents. Un point important de la politique scientifique de l’unité est le renforcement des activités structurantes, tant sur le plan de la recherche proprement dites que des autres activités communes (prévention & sécurité, formation permanente, communication, animation scientifique) ou de la gestion de plateaux techniques ou de logiciels communs.


Le 2éme logo SCR en 2009
Le 2éme logo SCR en 2009

En 2010, une équipe associée de l’Université de Rennes 1 à l’UFR Pharmacie, l’EA 4090 (Substances Lichéniques et Photoprotection, Pr. J. Boustie) localisée sur le campus Santé de Villejean, rejoint l’UMR, portant à 12 le nombre d’équipes.

Le logo ISCR depuis 2012
Le logo ISCR depuis 2012

En 2012, un nouveau contrat, désormais quinquennal, se met en place, sous la direction de Jean-Luc Adam, avec M. Fourmigué comme Directeur-Adjoint, avec la transformation de l’appellation SCR en ISCR (Institut des Sciences Chimiques de Rennes). L’UMR est organisée alors en 11 équipes scientifiques et un Pôle de Ressources Administratives, Techniques et Scientifiques (PRATS). L’Unité intègre alors l’équipe CPM (Chimie et Photonique Moléculaire, ex UMR 6510), achevant le regroupement de toutes les forces académiques en chimie sur le site.


Le nouveau contrat 2017–2021 se met en place au 1er janvier 2017, avec Marc Fourmigué (DR CNRS, directeur), Maryline Guilloux-Viry (Professeur UR1, directrice-adjointe) et Yvelise Raskin (IR CNRS, Administratrice). L’UMR compte désormais 8 équipes de recherche et rassemble plus de 280 permanents.

Marc Fourmigué
Rennes, Janvier 2017

Sources :
1) B. Gallon, D. Bernard. Histoire de la Chimie à la Faculté des Sciences de Rennes de 1840 à 1966
2) https://www.ensc-rennes.fr/lenscr/h... au 15/12/2016
3) J.-Y. Saillard. 2007. Dossier de demande de reconnaissance d’une unité de recherche auprès du ministère et du CNRS pour 2008-2011.

Remerciements à André Perrin, Christiane Perrin, Jean-Yves Saillard, Claude Hervieu