Institut des Sciences Chimiques de Rennes


Accueil > Actualités

Can coordination-driven supramolecular self-assembly reactions be conducted from fully aliphatic linkers ?

publié le , mis à jour le

Can coordination-driven supramolecular self-assembly reactions be conducted from fully aliphatic linkers ?

Au cours des deux dernières décennies, la chimie supramoléculaire (célébrée par l’attribution du prix Nobel de Chimie 2016) axée sur la coordination s’est affirmée comme une des approches synthétiques contemporaines les plus puissantes. A ce jour, un nombre écrasant des dérivés multifonctionnels complexes obtenus est basé sur des précurseurs pré-organisés à base d’ions métalliques et des ligands connecteurs aromatiques rigides ayant des formes et des connectivités prédéterminées. L’originalité du travail réalisé par Mehdi El Sayed Moussa, Sloane Evariste et col. réside dans le fait qu’il constitue la première étude systématique concernant l’utilisation d’une large série de ligand ditopiques connecteurs à cœurs totalement aliphatiques et flexibles dans cette stratégie de synthèse supramoléculaire. Il est ainsi démontré qu’un contrôle de réactions d’auto-assemblages est possible à partir de tels ligands ayant pourtant a priori aucune disposition à s’auto-organiser de manière cohérente. La clé permettant de parvenir à un tel résultat réside en la combinaison d’un précurseur bimétallique pré-organisé de l’ion Cu(I) ayant de faibles distances intermoléculaires et des ligands flexibles suffisamment longs.

Cette étude ouvre de nouvelles perspectives pour l’élaboration d’assemblages supramoléculaires ayant des géométries et des propriétés multifonctionnelles originales, du fait de la structure électronique significativement différente des ligands connecteurs entièrement aliphatiques par rapport à celle des ligands connecteurs rigides aromatiques couramment utilisés.

Pour en savoir plus sur ce travail dans Angewandte Chemie International Edition,

[Le financement de la thèse de Mehdi El Sayed Moussa a été assuré par le CNRS tandis que celui de Sloane Evariste a été apporté par l’ANR.]