Institut des Sciences Chimiques de Rennes


Accueil > Actualités

2e Prix de thèse Fondation Rennes 1 Ecole doctorale SDLM, édition 2016 attribué à Céline Caillaud (ISCR, Equipe V&C)

publié le

Céline Caillaud a soutenu sa thèse le 30 septembre 2016 à l’Institut des Sciences Chimiques de Rennes (ISCR, Université de Rennes 1, UMR CNRS 6226, Verres & Céramiques) Rennes sous la direction de Johann Troles. La thèse était financée par la DGA (délégation générale de l’armement) et le CNRS. Céline Caillaud est actuellement ingénieure R&D au sein de la jeune société SelenOptics.

L’objectif de la thèse concernait la réalisation de fibres optiques spéciales à base de verres de chalcogénures pour des applications dans le moyen infrarouge (2-15 µm). Ces dernières années le monde de l’infrarouge est en plein essor, et notamment le domaine de l’imagerie thermique (militaire et civil) et de la spectroscopie. En effet, les signatures vibrationnelles, spécifiques des composés organiques que l’on peut comparer à des empreintes digitales sont principalement dans le moyen infrarouge (2-15 µm). En règle générale les fibres optiques sont constituées d’une gaine et d’un cœur. La lumière est alors guidée dans le cœur de la fibre d’indice plus élevé. Depuis, les années 90, un nouveau type de fibre s’est développé. Il s’agit de fibres optiques microstructurées également appelées, fibres à cristaux photoniques. Dans ce type de fibre le guidage est assuré par des inclusions de bas indice, le plus souvent des trous d’air. Les propriétés de guidage de ces fibres de nouvelles générations sont directement liées à la géométrie de la fibre. Au cours de la thèse de nombreux designs innovants de fibres optiques à partir de verres chalcogénures ont été développés et étudiés. La thèse s’est déroulée dans un contexte riche de valorisation car parallèlement aux travaux de thèse de Céline Caillaux, l’entreprise SelenOptics, son employeur actuel, a vu le jour.


https://fondation.univ-rennes1.fr/a...